GRASLourdes

GRASLourdes

01/12/2018: Carrières souteraines de Labasque I Supérieur

01/12/2018: Carrières souterraines de Labasque I Supérieur

CASSOU Jean-Pierre
ANTON Mickaël

2018 12 01 01122018 Carrières Souterraines de Labasque I Supérieur .jpg
Pour cette sortie topo, je rejoins Mickaël à Bouliac vers 12h40. Objectif du jour: Démarrer la topographie du réseau supérieur à partir d'une entrée en hauteur qu'on atteint depuis le plateau. La marche d'approche est courte mais désagréable, dans un sous-bois touffu dans lequel les branches ont un malin plaisir à s'accrocher partout.

Après être passés devant un puits, nous suivons une vire et arrivons à une entrée. Je démarre une série principale depuis cette entrée dont l'objectif est de faire des mètres en direction de l'est.
La zone d'entrée est complexe et assez basse de plafond. Je finalise quelques diverticules pendant que Mickaël me trace des itinéraires. Je fais quelques photos d'un superbe bassin calcifié avec des micro-gours. Au point 1001.23, j'hésite longuement devant les deux itinéraires que Michaël m'a tracé: il y a trois possibilités. Heureusement, il est assez vite de retour et a tracé un itinéraire vers l'est. Il a trouvé un étage supérieur effondré.
Je démarre une série 1003 vers le nord, et j'arrive effectivement dans un étage supérieur argileux, que je topographie en totalité. Quelques bouclages et diverticules sont traités sur le bouclage, mais il y a encore du travail.
Poursuite de la série 1001 et j'arrive près d'un puits carré en 1001.41. Je reconnais ce puits, équipé de barreaux dans un angle, et je fais une série 1020 dont la dernière visée de 18 m arrive sur une étiquette visible du haut. C'est le point 46.4, jonction avec l'étage principal du réseau.
Poursuite de la 1001 vers l'est. Je laisse tous les départs.
Notons que la totalité des cheminements du jour emprunte un étage à fort défruitement (rapport de la superficie des vides / superficie de l'enveloppe du réseau) et parfaitement surbaissé, avec une hauteur moyenne de 1.40 m. La progression y est pénible (on est courbé en permanence), et mon Vertex Vent, beaucoup trop haut (45 mm entre le crâne et le dessus du casque) tape constamment au plafond. Je décide de sortir dès que le compteur aura passé les 1500 m ou qu'un secteur peut être finalisé.
Au-delà du point 1001.107, un réseau dendritique queute de partout, et le secteur est ainsi finalisé, m'approchant de 1680 m.
Au retour, très éprouvant, je topographie une traverse entre 1001.21 (bassin calcité) et une entrée. Je raccorde cette entrée en 1001.1, fin de la séance.

La remontée jusqu'à la route est très grandement facilitée par une cordelette que Mickaël a posé et qui rejoint directement le plateau, divisant par deux la longueur du trajet et supprimant les parties en sous-bois. Un petit bout de corde ne sera pas du luxe pour le franchissement d'une petite vire.
La pluie tombe, et je décide de faire le trajet de retour en vélo en gardant la combi sur moi.

Topo du jour 1.715 m
Le réseau développe 4.875 m
TPST 10h30



02/12/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres